Accueil / Annulée ou renouvelée… / Comment savoir quand une série risque d’être annulée ?

Comment savoir quand une série risque d’être annulée ?

La règle générale veut – dans l’industrie des séries TV U.S. – qu’au lancement d’une nouvelle série, un pilote soit commandé puis, si le succès est au rendez-vous, une demi-saison est généralement confirmée et, si tout va bien, une saison complète.

Partant de là, la série représente une marque pour ses producteurs, marque qu’ils doivent rentabiliser. Coté coûts, l’investissement initial est important puisqu’il s’agit de l’achat du concept aux auteurs, de la mise sous contrat des acteurs, scénaristes et autre showrunner (chef de projet de la série en quelques sortes), sans compter la construction des décors, la conception du générique, etc.

Pour que ce pari sur l’avenir soit intéressant et rentable, il faut savoir qu’une règle est instituée à Hollywood, une règle qui fait toute la différence. En effet, le principe veut qu’à leur recrutement, les acteurs soient mis sous contrat pour une durée de 7 saisons (7 ans). Cela veut dire que, pour cette période, l’acteur sous contrat ne pourra pas renégocier sa rémunération.

Vous commencez à voir où je veux en venir ?

Si vous êtes producteur, vous vous devez d’investir judicieusement en limitant les coûts fixes afin d’augmenter votre marge. Dès lors, vous devez poursuivre trois objectifs :

  • acheter un concept non seulement fort mais aussi à fort potentiel, qui attirera une importante audience à son démarrage en limitant la perte au fil des saisons
  • atteindre au minimum 4 saisons de 22 épisodes
  • mettre sous contrat des acteurs à fort potentiels mais peu (ou pas) connus afin de négocier leur rémunération pour 7 saisons à votre avantage.

Pourquoi vous garantir une très forte audience initiale et un concept au fort ?

Parce que l’alliance des deux est une condition nécessaire (mais pas suffisante sinon ce serait trop simple…) pour que la série soit un succès et donc soit renouvelée pour plusieurs saisons.

Le concept fort initial permet de s’assurer – a priori – que le public sera au rendez-vous pour le pilote et en général tenu en haleine jusqu’au terme de la première saison. Cette condition est souvent synonyme d’une forte audience au démarrage puisque ce concept fort attirera la curiosité de nombreux téléspectateurs. Il ne faudra cependant pas les décevoir tout au long de cette première saison.

Le fort potentiel est la condition complémentaire et indispensable pour garantir que la série perdure sur plusieurs saisons. Le téléspectateur n’aime pas être déçu ! Dès lors qu’il s’est investi dans une série, il lui a témoigné sa confiance pour l’emmener de saison en saison dans un univers fort et passionnant. Si une série, aussi forte soit-elle dans son concept initial, n’a pas intrinsèquement un fort potentiel, les scénaristes vont vivre un vrai cauchemar si le diffuseur commande de nouvelles saisons… …comment faire évoluer les personnages ? comment décliner le concept initial s’il ne présente pas, par nature, un potentiel et des ramifications ?

Pour être clair sur le sujet, je vous propose un exemple et un contre exemple parlant :

Exemple : Desperate Housewives

  • Desperate Housewives
    Desperate Housewives

    Concept fort : 4 amies – femmes au foyer habitant Wisteria Lane – sont horrifiées lorsque l’une d’elles se suicide après avoir été victime d’un chantage mettant en lumière un sombre passé gardé secret. Toute la première saison, le téléspectateur fut tenu en haleine afin de découvrir le fameux secret et qui a fait chanter Marie Alice Young, la poussant au suicide. Au terme de la première saison, les réponses sont données.

  • Fort potentiel : De nouveaux voisins peuvent emménager à Wisteria lane et amener dans cette rue tranquille autant de nouveaux mystères qu’il y aura de saisons…
  • Conséquence : La série poursuivra sur sa lancée pour 7 saisons initiales suivies d’une huitième saison renégociée.

Contre exemple : Under the Dome

  • Concept fort : Les habitants d’une ville sont emprisonnés sous un dôme, les coupant du reste du monde et posant de nombreuses questions. Quel est ce dôme ? Qui l’a créé ? Pourquoi est-il là ? Comment en échapper ?
  • Pas de fort potentiel : Il fallait bien qu’ils s’échappent du dôme avant que les téléspectateurs ne se lassent mais, dès lors qu’ils s’en sont échappés en saison 3, l’essence même – et le titre de la série – n’avaient plus de sens et l’histoire est arrivée dans un cul de sac !
  • Conséquence : La série fut annulée au terme de sa troisième saison.

Une série à succès doit donc allier un concept fort à un fort potentiel, et bien sûr rencontrer une audience.

Pourquoi faut-il atteindre au minimum 4 saisons pour conforter ses profits ?

Avez-vous remarqué combien de séries au succès assez moyen parviennent tout de même à être renouvelées jusqu’au terme de la quatrième saison, quitte parfois à changer plusieurs fois de diffuseur ?

La raison en est simple et c’est une règle implicite dans l’industrie des séries TV à Hollywood. Pour augmenter la rentabilité d’une série, il faut être en capacité de pouvoir en revendre les droits de diffusions après la fin de la série. Cela s’appelle la syndication.

Ainsi, des chaînes du câble par exemple, aux moyens plus modestes que les grands networks, vont acheter « en solde » d’anciens succès pour les diffuser sur leur antenne, maintes et maintes fois. Ce phénomène est encore accentué si la série en question a pu être vendue à l’international.

Cependant, pour qu’une série soit intéressant à la revente, on a longtemps considéré qu’elle devait avoir environ 100 épisodes, nombre qui a été récemment ramené pour la plupart des transactions à 88 épisodes, soit…  …4 saisons de 22 épisodes. Pourquoi initialement ce chiffre de 100 ? Parce qu’il garantit au (re)diffuseur de pouvoir placer sa série en quotidienne tous les jours de la semaine pendant 20 semaines ! Temps considéré comme optimal pour fidéliser son audience et installer des habitudes.

Ainsi, K2000 – arrêté en 1986 – compte 4 saisons et 90 épisodes, L’agence tous risques – arrêté en 1987 – 98 épisodes étalés sur 2 demi saisons de 14 et 13 épisodes (la 1 et la 5) et 3 saisons entières de 23, 25 et 23 épisodes (les 2, 3 et 4), Les deux font la paire – arrêté en 1987 – 88 épisodes et 4 saisons, Ugly Betty – arrêté en 2010 – 85 épisodes et 4 saisons.

C’est ainsi que l’on peut prédire à certaines séries en relatif danger de se terminer au terme de leur quatrième saison.

C’est aussi pour cette raison que la série Unforgettable fut – par deux fois – annulée puis renouvelée en changeant de diffuseur. Car c’est une série typiquement faite pour la syndication mais elle ne compte pas encore assez d’épisodes. De surcroit, elle fut bien vendue à l’international.

C’est pour cela qu’il y a de grandes chances – alors qu’est diffusée en ce moment la quatrième saison – que soit annoncé prochainement son annulation. En janvier 2016, 64 épisodes ont été diffusés et il restait encore la moitié de la saison 4 à diffuser. Le compte sera bon !

MISE À JOUR 17 FEVRIER 2016 : A&E annonce l’annulation de la série Unforgettable au terme de la saison 4, CQFD !

Pourquoi tant de séries s’arrêtent-elles au terme de leur septième saison ?

Pour les autres séries, celles qui – de part leur grand succès – passent sans encombre la barre des quatre saisons. L’ultime seuil fatidique sera le renouvellement pour une 8 ème, voire une 9 ème saison. En voici les raisons.

En effet, comme c’est pour ainsi dire toujours le cas, le contrat des acteurs est signé – d’entrée de jeu – pour 7 saisons, durant lesquelles celui-ci n’est pas réévalué. Pour l’acteur, c’est la garantie d’un job pour 7 ans à salaire fixe si la série rencontre le succès. Pour les producteurs, c’est le jackpot si la série explose car les frais fixes sont vite amortis (concept, décors…) et le salaire des acteurs ne pouvant bouger, tout les profits – au delà de ces frais et du coût de production de chaque épisode – vont directement dans leurs poches.

Par contre, au terme des sept ans, arrive le temps de la renégociation du contrat des acteurs. Or, deux facteurs rendent cette négociation particulièrement délicate :

  • avec le succès de la série, vient aussi la notoriété des acteurs ! Et cette notoriété à un coût lors de la renégociation
  • ces acteurs – devenus si populaires – et pourtant payés comme au premier jour, ont une forte envie d’avoir leur part du gâteau……quitte à couler la série. Peu importe, ils ont déjà mis un beau pécule de coté et ont souvent envie de nouvelles aventures. Il leur arrive donc de demander – lors de cette renégociation – des salaires exorbitants, amenant les producteurs à déclarer forfait et pudiquement annoncer « qu’ils pensent qu’il est tant pour la série de s’arrêter ».

Pour illustrer ce phénomène, je vous propose un exemple et un contre exemple.

Exemple, reprenons le cas des Desperate housewives

Chaque actrice sous contrat – sauf Teri Hatcher – avait négocié au départ un salaire annuel de 190.000 euros par épisode pour les 7 premières saisons, bien moindre que leur consoeur – déjà populaire grâce à son rôle de James Bond Girl et d’héroïne de la série Lois & Clark – qui devait initialement être la star du programme et avait donc eu droit à une négociation distincte et secrète (elle gagnait déjà plus de 220.000 euros par épisode dit-on.).

Au terme des 7 saisons, chacune avait énormément gagné en popularité et particulièrement Eva Longoria. La discussion pour une 8 ème puis une 9 ème saison fut dure mais un accord fut conclus au prix du versement pour chacune des actrices – Marcia Cross, Eva Longoria, Felicity Huffman et Teri Hatcher – de 325 000 dollars chacune, soit 226 000 euros par épisode. Sachant qu’une saison comporte 22 épisodes, chaque actrice empochait ainsi la bagatelle de 5 millions de dollars par personne à la fin du tournage !

De surcroît, afin de ne pas voir les coûts s’envoler une nouvelle fois, le marché incluait une neuvième saison (sous réserves de bonnes audiences), leur salaire par épisode devait alors passer à 242.000 euros auquel devait s’ajouter un bonus de 259.000 euros. Soit au final, un record de 12,4 millions d’euros pour 2 saisons !

– producteur et diffuseur de la série – s’est rapidement aperçu qu’il n’entrait plus dans ses frais et que l’affaire n’était plus rentable. Il décida de stopper la série au terme de la huitième saison qui était déjà en cours de production et ne leva finalement pas l’option pour une neuvième saison.

Contre exemple avec CSI (Les Experts)

Jorja Fox (CSI)
Jorja (CSI)

S’agissant de séries policières, une particularité leur permet de souvent dépasser les 7 épisodes et de s’envoler pour 10, 15, voire encore d’avantages de saisons. Le point commun des séries dites « procedurals » (policière) est que le concept est généralement plus fort que les acteurs eux-même.

Ainsi, au terme des classiques 7 saisons, ceux-ci ne sont en général pas en position de force pour renégocier leur contrat. Qu’ils essaient de menacer de quitter la série si on ne les augmente pas et ils sont simplement virés ! Comme ce fut le cas pour Jorja Fox qui incarna Sara Sidle durant 7 saisons des experts. En suppriment des personnages, le salaire de ces acteurs remerciés sert a financer l’augmentation des quelques « acteurs-stars » de ces séries et donc de maitriser les coûts. C’est ainsi que Jorja Fox est revenu en guest-star (salaire bien moins important) en neuvième saison.

De la même manière, Paget Brewster qui interprétait Emily Prentiss dans la série Esprits Criminels (Criminal Minds) depuis la saison 2, est débarquée – sans ménagement – au terme de la saison 7. Elle ne reviendra qu’en guest-star en neuvième saison.

Conclusion

Pour prédire la durée de vie d’une série, il faut s’assurer que la série :

  • a un concept fort
  • a un fort potentiel
  • a des acteurs sous contrats peu connus et donc raisonnablement rémunérés pour 7 ans
  • est capable de passer le cap de la 5 ème saison avec de belles audiences
  • peut se permettre de virer un ou deux acteurs en saisons huit pour absorber le coût de renégociation des acteurs principaux.

J’espère vous avoir éclairé sur les lois du renouvellement et de l’annulation des séries TV U.S. N’hésitez-pas à me laisser un commentaire, ou me poser d’autres questions sur les séries TV.

A lire aussi...

Marvel's Runaways - HULU

MARVEL’S RUNAWAYS : A découvrir, 7 affiches promos pour annoncer la saison 1 sur HULU

On n’arrête plus les franchises Marvels d’envahir nos chaînes et nos plateformes de streaming. Le …

8 Commentaires

  1. Hyper intéressant!
    Et concernant justement des séries qui rencontrent beaucoup de succès à l’international, cela n’arrive jamais que la série soit renouvelée juste par succès à l’international?
    A bientôt!

    • Merci 🙂
      Ca peut arriver parfois mais alors la série change de diffuseur principal et, par exemple, devient une série Canadienne ou Anglaise, exportée ensuite en France.
      Là plupart du temps, il s’agit de série qui sont déjà des coproductions entre plusieurs pays. Si la série est un pur produit « made in U.S.A. », cela n’arrive pas trop car si la série ne marche qu’à l’international… …le diffuseur (et producteur) U.S. ne voit pas d’intérêt à maintenir la série s’il ne voit pas de profit à la diffuser aux Etats-Unis.
      A l’inverse, des séries U.S. qui cessent d’être diffuser à l’international, et particulièrement en France, peuvent sonner la fin de la série. En effet, il faut savoir que la France est le premier pays à l’export pour les séries U.S. et le plus gros contributeur financier, surtout pour celles diffusées sur TF1, première chaîne d’Europe (et aussi Canal Plus).
      Si TF1 cesse de diffuser une série U.S., on peut légitiment s’inquiéter pour la série, surtout si celle-ci est à gros budget.

Qu'en pensez-vous ? N'hésitez pas à donner votre avis en laissant un commentaire

X